R comme rang de fratrie

Aujourd’hui, le sujet est partagé entre généalogie et psychogénéalogie.

Le rang de fratrie, c’est quoi ?

C’est la place occupée par un enfant dans une famille. L’aîné (1), le cadet (2), le petit dernier (3). 

Le rang détermine souvent le rôle joué dans les relations familiales. L’enfant aîné se comportera comme un leader, autant dans sa vie personnelle que professionnelle. L’enfant cadet pourra être rebelle ou du moins avoir des idées élargies. Le dernier, souvent protégé par les parents et les enfants avant lui, aura plus de mal à s’assumer dans la vie.

Le carré de la fratrie 

1 2 3 

4 5 6 

7 8 9 

En psychogénéalogie, le rang de la fratrie fait référence à des programmes qui se répètent :  par exemple, le premier, le quatrième et le septième enfant auront un même programme de vie. De la même manière, le deuxième, le cinquième et le huitième se retrouveront et ainsi de suite.

Si vous prenez le temps de comparer vos ancêtres selon leur place dans leur fratrie, vous pourrez voir certaines similitudes se dessiner, dans des professions, choix, mode ou parcours de vie, ou encore au niveau des personnalités ou des comportements.

Comment compter ?

Quand on compte les enfants d’une fratrie, il faut tous les compter. Par tous, je veux dire : les enfants décédés jeunes et les enfants mort-nés ainsi que les avortements et les fausses couches.

L’exercice peut s’avérer difficile : même si certains de ces enfants “manquants” peuvent être omis involontairement, ils peuvent être souvent liés à un secret de famille et être cachés volontairement. Vous l’avez compris, le carré de la fratrie n’est pas fiable à 100%. 

Le rang de fratrie de nos ancêtres.

Dans certaines familles le rang est important, notamment pour les fils. Le fils aîné était souvent promis aux ordres, le second à l’armée.

Connaître le rang de fratrie d’un ancêtre permet aussi de recontextualiser leur vie. “Au décès de sa mère, elle s’est occupée de ses frères et sœurs, c’était l’ainée”.

Dans mon arbre, je constate pour ma branche maternelle, que les derniers de sexe masculin portent le prénom de leur père ou de leur grand-père. A contrario, les femmes ainées portent le prénom de leur mère ou de leur grand-père.

Et vous, des similitudes ou des répétitions selon le rand de fratrie dans votre arbre ?


Sources

CHASSERIAU-BANAS N. Psychogénéalogie. 2006. Hachette

TRANVOUEZ A. Psychogénéalogie et physique quantique. (2016) Chemins de l’harmonie


#challengeAZ #challengeAZ2021

Qui sommes-nous ?

Deux jeunes femmes, l'une dans le sud-ouest l'autre dans le sud-est de la France, avec une passion commune : la généalogie ! Le nez dans les archives et les anciens journaux ! Sans oublier la tête plongée dans les livres d'Histoire en tout genre ! Curieuses et Sherlock sur les bords, nous voilà parties depuis quelques années sur l'histoire de nos ancêtres...

Catégories

Histoires locales
Aux archives
Partages généalogiques
Outils généalogiques
Guerres

Nous contacter

Vous avez une idée de sujet à nous proposer, une question par rapport à nos recherches ou besoin de conseils ?
En toute bienveillance, n'hésitez pas à nous faire également un retour à propos de ce blog.
Ecrivez-nous par mail ou via le formulaire de contact.

Newsletters

Avec le formulaire ci-dessous, vous pouvez vous abonner à notre newsletters afin de recevoir une fois par mois, les nouvelles généalogiques publiées sur notre blog.
En construction

Cet article a été écrit par Célia

Les morts sont des invisibles, ils ne sont pas des absents.
Saint-Augustin

Qui-sommes-nous ? Contactez-nous

Cet article n'a pas encore de commentaire.

Un commentaire ou une question ?

Tous les commentaires sont modérés avant la publication.