L’église inachevée de Léojac

Je suis « tombée » en regardant un livre sur une histoire intéressante mais aussi émouvante. J’ai retranscrit le texte qui allait avec la photo ( tiré du livre : Montauban , Lamothe-Capdeville, Léojac, Villemade – De Christiant-Pierre Bedel) : Sainte Thérèse de Léojac :

« Dans les années 30, Jean Garibaud, curé de Léojac mobilisa ses paroissiens pour bâtir une grande église moderne en dur. Malgré l’implication des paroissiens et les financements obtenus le projet ne put être mené à son terme faute de moyens.

« Les travaux seront l’œuvre des paroissiens eux-mêmes. Organisés par équipes (de 30 ou 40 personnes), ils creusent les fondations. On a voulu un édifice d’une solidité à toute épreuve ; les fondations seront en rapport avec cette volonté : 1,50 m de profondeur et 0,80 m de largeur pour l’église ; 2,50 m de profondeur pour le clocher. Il leur faudra 4 jours…

Après avoir demandé un délai afin de finir les vendanges et de procéder aux semailles, les paysans se sont engagés à accomplir pendant l’hiver de 15 à 20 journées par famille, grâce au matériel roulant mis à disposition par l’entreprise. Certains d’entre-eux s’engagent même à fournir 1 ou 2 journées supplémentaires destinées à « compenser les journées que ne pourraient donner des familles gênées par la maladie, ou trop pauvres pour payer des remplaçant… »

Les paysans seront à nouveau convoqués en décembre 1937 et janvier 1938 pour je cite « la Croix du 19 décembre 1937 » …le transport volontaire et gratuit du sable nécessaire pour la construction de la salle d’œuvre. (…) Il y a dans la paroisse près de 60 tombereaux ou charrettes transformables, susceptibles de porter un demi mètre-cube de sable. Tous les propriétaires devront se rendre à la même heure, le premier jour à Albias, le deuxième jour à Montauban…(…)

Mais…mais… il manque encore la toiture de l’église, les briques de âprement (qui doivent parfaire « l’habillage décoratif » et dont le nombre est évalué à 200 000 briques ordinaires et 10 000 briques émaillées) … et les fonds manquent… » (In Histoire d’un projet avorté (1928-1938) conférence de M Maurières, doc R.J)»

Qui sommes-nous ?

Deux jeunes femmes, l'une dans le sud-ouest l'autre dans le sud-est de la France, avec une passion commune : la généalogie ! Le nez dans les archives et les anciens journaux ! Sans oublier la tête plongée dans les livres d'Histoire en tout genre ! Curieuses et Sherlock sur les bords, nous voilà parties depuis quelques années sur l'histoire de nos ancêtres...

Catégories

Histoires locales
Aux archives
Partages généalogiques
Outils généalogiques
Guerres

Nous contacter

Vous avez une idée de sujet à nous proposer, une question par rapport à nos recherches ou besoin de conseils ?
En toute bienveillance, n'hésitez pas à nous faire également un retour à propos de ce blog.
Ecrivez-nous par mail ou via le formulaire de contact.

Newsletters

Avec le formulaire ci-dessous, vous pouvez vous abonner à notre newsletters afin de recevoir une fois par mois, les nouvelles généalogiques publiées sur notre blog.
En construction

Cet article a été écrit par Alexandra

"Telle est la génération des générations: une génération s'en va, une autre génération vient. Il en est des hommes comme des feuilles d'un arbre, feuilles de l'olivier, du laurier, ou de tout arbre qui conserve toujours son manteau de verdure. Ainsi la terre porte les hommes, comme un de ces arbres porte des feuilles; elle est couverte d'hommes dont les uns meurent, dont les autres naissent pour leur succéder. L'arbre a toujours sa robe éclatante de verdure; mais vois au-dessous combien de feuilles sèches tu foules aux pieds."
Saint-Augustin, Psaume 101

Qui-sommes-nous ? Contactez-nous

Cet article n'a pas encore de commentaire.

Un commentaire ou une question ?

Tous les commentaires sont modérés avant la publication.