Le génosociogramme, c’est quoi ?

Il s’agit d’un outil largement connu en psychogénéalogie qui permet d’avoir une vision d’ensemble et plutôt schématique de votre arbre. 

Le génosociogramme peut vous aider dans un cadre totalement thérapeutique à répondre à une problématique ou à une répétition des schémas.

Personnellement, je m’en sers de manière plus globale : il me permet d’avoir une vue d’ensemble et de noter les points marquants et communs à travers mon arbre : décès répétés aux mêmes âges sur plusieurs générations, un même prénom qui défile de branche en branche, des divorces, des maladies, des mariages très jeunes ou très vieux… vous l’avez compris : toutes les informations qui forment un arbre et qui peuvent se répéter

Dans mon génosociogramme j’écris également les “on dit” et comparaisons physiques et psychologiques : il ressemble à, elle a le nez de sa grand-mère.

J’inscris également les traits de caractères que je connais où de ce que l’on m’a raconté. 

Conventions graphiques et mise en pratique

Le génosociogramme a des conventions graphiques, que je vous partage ici.

Tout d’abord, il y a des points communs avec la généalogie “générale” : 

  • un rond o précède la date de naissance
  • une croix X précède la date du mariage mariage 
  • une croix précède la date du décès

Les hommes sont représentés par des carrés à gauche et les femmes par des ronds à droite. 

Les fiancés (dont les fiançailles n’ont pas aboutis à un mariage) sont reliés par des pointillés.

Les concubins – sans mariage – sont reliés par un trait simple. 

Les époux – mariés religieusement et/ou civilement – sont reliés par deux traits. 

La séparation des concubins ou des époux se représente par un trait en travers de leur liaison du type : / 

Un divorce est représenté par deux traits en travers de la relation des ex-époux, soit par //

Sous les lignes des unions sont rattachés les enfants. Ils sont inscrits, selon leur arrivée dans la fratrie, de gauche à droite (le 1er né étant à gauche). 

Les jumeaux ont un même point de départ. 

L’enfant adopté ou placé est relié par des pointillés à sa famille d’accueil.

Le génosociogramme est l’outil dans lequel il faut absolument tout mettre : je parle là des enfants partis trop tôt mais également des avortements

Les fausses-couches, avortements et enfants mort-nés sont représentés par des croix horizontales. 

Les crayons de couleurs sont essentiels pour travailler avec cet outil : 

  • en rouge : les traumatismes (maladies, accidents, agressions, blessures, litige juridique etc.)
  • en bleu : les métiers
  • en vert : les lieux (pays, villes, déplacements)
  • en noir : les dates et les prénoms
  • en rose : les relations affectives (mariage, concubinage, amant, mais également des relations fortes père/fils, mère/fille, grand-mère/petite-fille etc)
  • un trait de couleur autre peut indiquer les personnes ayant vécus sous le même toit. 

Après une multitude de recherches – non abouties – afin de trouver “LE” génosociogramme parfait et de bonne qualité, j’ai décidé de créer le mien. Je vous partage donc un génosociogramme vierge que j’ai mis en place pour moi-même. 

2 fichiers à imprimer sur une feuille A4 en mode paysage. Une feuille pour le côté paternel et l’une pour le côté maternel.

Génosociogramme – père | Génosociogramme – mère | Génosociogramme – conventions à télécharger

Pour en savoir plus

Je vous ai parlé très rapidement du génosociogramme mais c’est un outil très complet qui peut être utile autant en généalogie qu’en psychogénéalogie. 

Anne Ancelin Schützenberger est pionnière en psychogénéalogie et l’une des première à mettre en place cet outil.

Je vous conseille la lecture de :

  • Ancelin Schützenberger, A. (2018). Aïe, mes aïeux !. Desclée De Brouwer

Connaissez-vous le génosociogramme ? C’est un outil dont vous vous servez ?

Qui sommes-nous ?

Deux jeunes femmes, l'une dans le sud-ouest l'autre dans le sud-est de la France, avec une passion commune : la généalogie ! Le nez dans les archives et les anciens journaux ! Sans oublier la tête plongée dans les livres d'Histoire en tout genre ! Curieuses et Sherlock sur les bords, nous voilà parties depuis quelques années sur l'histoire de nos ancêtres...

Catégories

Histoires locales
Aux archives
Partages généalogiques
Outils généalogiques
Guerres

Nous contacter

Vous avez une idée de sujet à nous proposer, une question par rapport à nos recherches ou besoin de conseils ?
En toute bienveillance, n'hésitez pas à nous faire également un retour à propos de ce blog.
Ecrivez-nous par mail ou via le formulaire de contact.

Newsletters

Avec le formulaire ci-dessous, vous pouvez vous abonner à notre newsletters afin de recevoir une fois par mois, les nouvelles généalogiques publiées sur notre blog.
En construction

Cet article a été écrit par Célia

Les morts sont des invisibles, ils ne sont pas des absents.
Saint-Augustin

Qui-sommes-nous ? Contactez-nous

Par : Trésor Nsenga vous rémercie pour cette luxueuse explication | Le 2 juin 2021 à 18h12

Merci

Un commentaire ou une question ?

Tous les commentaires sont modérés avant la publication.